Quelque part en Bretagne, le samedi 24 janvier 2009 à 11H00, comme nous avons tous encore un peu l'âme paysanne, je me suis invité aux voeux prononcés par Monsieur le Maire aux agriculteurs de la Commune.

Après les politesses d'usage, notre édile a exposé longuement le schéma directeur d'aménagement du territoire autour de la grande ville proche, tel que l'ont défini les "décideurs" locaux. Et de parler de développement comme s'il s'agissait de progrès et de croissance économique.
Alors tout naturellement, les agriculteurs se sont inquiétés pour leurs terres car bien sûr ils savent tous que les plans des décideurs, partout dans le Monde, empiètent sur des terres nourricières confisquées.

Lors de cette réunion très amicale, clôturée par une petite boisson, c'était criant : Vantée par les responsables politiques, qui bien souvent croient bien faire, la croissance toujours provisoire implique la destruction définitive de terres agricoles. Ou en d'autres termes, toujours plus de pertes pour toujours plus de précarité.

Comment peut-on imaginer alors que cela puisse durer si l'on veut par ailleurs assurer le bien-être des populations ?
Notre système économique est bien une voie sans issue.
Heureusement il reste l'écodouble. Mais il faut vite la mettre en place.