Ici il y aura l'aéroport !
Là, il y aura la centrale nucléaire !
Ici, s'étendra le port !
Les trains passeront là, derrière !
La déviation passera juste ici !
La ligne traversera là !
Le centre commercial occupera tout ça !
La zone industrielle sera aménagée de ce côté-ci !

On ne cesse de les entendre ces phrases ! Violentes, cruelles, de plus en plus imbéciles et ridicules mais toujours annonciatrices de désastres écologiques.

En tout cas, lorsque qu'on se retrouve sur le terrain, juste avant que ne commencent les travaux de terrassement, on voit des zones humides déjà labourées par des chenilles. Et puis on voit aussi des haies, bois et bosquets, tranchés ou complètement anéantis, les troncs des arbres qui les composaient broyés, hachés, déchiquetés, pulvérisés, étalés en tapis de lambeaux et de copeaux, dévorés qu'ils ont été par de monstrueux broyeurs, drogués de carburant ; précision utile car "le progrès progressant", aujourd'hui sachons-le, les arbres qu'on tue, on ne prend même plus la peine de ramasser pour en faire du bois de chauffage puisque, à ne plus savoir qu'en faire, on a du pétrole, de l'électricité, du gaz, du charbon, de l'uranium.

Toujours est-il, que si vous vous inquiétez, on vous rassure ! On vous dit que pour chaque arbre abattu, deux seront plantés.

Ailleurs sans doute, pense-t-on alors qu'on piétine le blé ou qu'on roule sur la luzerne du champ voisin de l'endroit où a été commis le carnage, si bien que, très vite, on explose, dans sa tête, et on a envie de crier : "Foutaises ! Mensonges !"
En effet, on nous a aussi dit que François Mitt'rand n'avait pas de cancer, que le Médiator était un médicament, que le chômage allait baisser et qu'il y avait des armes de destructions massives en Irak.

Il y a eu le Grenelle de l'environnement et une soi-disant prise de conscience.
Il y a la crise énergétique et la destruction des terres agricoles.
Pourtant des sondeuses se dressent toujours dans les campagnes ! en des lieux où on ne devrait plus en voir !
Alors, convenons-en : nos dirigeants planifient notre mort ! en gagnant de l'argent et en en faisant gagner à leurs amis !

Combien de temps vas-tu résister Mère Nature ?
Vas-tu supporter longtemps encore notre folie ?
Attends-tu que les Humains de bon sens se lèvent pour te sauver ?
Ou alors ! Nous as-tu déjà condamnés ? Pour mieux renaître dès que nous ne serons plus.

 

Sondeuse